Boutique Biologiquement.comLes vertus de la tomate bio

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 4    Moyenne : 2.8/5]

Du point de vue structure, la tomate bio antioxydant naturel puissant est une plante aux fleurs à pétales soudés et dont les graines possèdent une plantule à deux cotylédons.

Elle fait donc partie des solanacées, avec la pomme de terre, la belladone, le tabac et le pétunia, cette famille des plantes dicotylédones gamopétales. C’est en fait une plante originaire du Pérou, en Amérique latine, et qui ne fut importée en Europe qu’au XVIe siècle par les navigateurs Espagnols et Portugais.

Mais c’était surtout grâce aux Italiens, qui en outre surnommèrent la tomate « pomodoro » à cause de sa couleur jaune originelle, que son usage s’était beaucoup répandu et ceci deux cents ans plus tard, c’est-à-dire vers les XIXe et XXe siècles. Par ailleurs, le fruit de cette plante, charnu et de couleur rouge en général, est également appelé « tomate ». Et ce fruit possède en fait plusieurs qualités qui seront exposées dans cet article. En effet, la tomate est avant tout et surtout connue en tant que légume dont on se sert à la cuisine pour aider à mieux préparer des repas délicieux, grâce à son rôle équilibrant dans l’alimentation. Elle est alors utilisée tout aussi bien dans les entrées, en salade et dans les apéritifs, que dans les plats principaux, puis également en tant que sauces. Elle entre ainsi dans la préparation de diverses recettes et peut être consommée cuite ou à l’état cru. Du point de vue composition nutritive et apport en vitamines, la tomate est en fait très peu calorique, mais très riche en vitamines et contient en outre des minéraux et des oligo-éléments.

En effet, une tomate de taille moyenne, soit environ 100 g, fournit entre 10 et 30 mg de vitamine C et 1,6 mg de provitamine A ou de carotène, ce pigment rouge des végétaux qui peut se transformer en vitamine A. Elle apporte par ailleurs des vitamines des groupes B et E. De part cet apport en vitamine C, il est à faire remarquer à titre d’exemple, que la consommation de trois tomates de taille moyenne suffirait à couvrir nos besoins journaliers en vitamine C. Par contre, en valeur énergétique, la tomate est hypocalorique car 100 g de tomate ne nous apporte que 15 kilocalories.

Toutefois, elle est très riche en eau, étant par ailleurs composée à 93-95 % d’eau. Ce qui pourrait donner très vite à celui qui la consommerait crue une certaine sensation de satiété. Et de ce fait, elle conviendrait bien par exemple, aux gens désireux de surveiller leur ligne. Cette forte teneur en eau permet en outre une bonne hydratation de l’organisme et rendrait la tomate rafraîchissante et même dans certains cas, si l’on ne boit pas assez, sa consommation pourrait bien remplacer celle de l’eau pour se désaltérer convenablement. Par ailleurs, la tomate contient également des glucides, des protéines et des lipides mais à des quantités moindres : 100 g de tomate ne renferme que 3 % de glucide, 1 % de protéines et des traces de lipides.

Et restant toujours dans les valeurs nutritives de la tomate, il est important de noter qu’elle contient également du fer, avec 0,5 mg pour 100 g de tomate, et divers sels minéraux et oligo-éléments. En l’occurrence, toujours pour 100 g, sa teneur en potassium est de 226 mg, celle-ci est de 11 mg pour le magnésium et 24 mg pour le zinc et le phosphore.

La tomate riche en nutriments et antioxydants puissants
La tomate riche en nutriments et antioxydants puissants

Et enfin, il serait intéressant de signaler les vertus apéritives de la tomate et ceci pour diverses raisons : la consommation de celle-ci en début de repas, non seulement calmerait la faim du fait de la présence de fibres dans la peau et les graines, mais stimulerait également les sécrétions digestives, ce qui favoriserait la bonne assimilation des aliments, grâce à sa saveur acidulée. Outre ses valeurs nutritives, de par sa forte teneur en vitamines, en différents sels minéraux et oligo-éléments ainsi qu’en eau, la tomate possède également des vertus médicinales et thérapeutiques et pourrait même aider dans les soins de notre peau. En effet, pour ne citer que quelques exemples de ces vertus, il est à noter en premier lieu que la tomate doit sa couleur rouge au bêta-carotène et au lycopène, deux pigments qui agiraient différemment sur les cellules.

Le lycopène, lui, est un puissant antioxydant qui joue un rôle important dans la prévention de nombreux cancers (poumon, prostate, vessie, sein, peau, col de l’utérus, etc.) et aide à réduire les risquent de certaines maladies cardio-vasculaires. Autres bienfaits de ce lycopène : il régularise le taux de cholestérol, protège la peau des effets de l’ultraviolet et stimule en outre le système immunitaire. Par ailleurs, du fait de sa forte teneur en potassium, la tomate agit positivement sur les reins et permet ainsi de diminuer l’hypertension. Etant riche en vitamine B, elle est également utilisée contre les problèmes de peau et est ainsi très appréciée en cosmétique, de par ses vertus purifiantes sur les peaux grasses ou acnéiques. En outre, la tomate améliore l’élimination des toxines, du fait de ses propriétés diurétiques et anti-oxydantes. D’autres vertus médicinales pourraient encore être citées, en l’occurrence la protection du foie contre les mauvaises graisses, la désinfection des piqûres d’insectes venimeux, etc.

Boutique Biologiquement.comLe concentré de tomate: une arme antivieillissement!

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Sa saveur, alliée à sa polyvalence et sa simplicité d’utilisation font du concentré de tomate un aliment indispensable en cuisine, depuis le début du XXe siècle. A l’heure du boom des produits de “nutri-beauté”, le concentré de tomate bio antioxydant naturel puissant se révèle avoir aussi d’autres facultés, souvent moins connues.

Une recherche nutritionnelle conduite récemment par le Professeur italien Pastoni sur un concentré de tomate met en avant toutes les propriétés de ce produit.

Les communicateurs de la marque, Mutti en l’occurrence, n’hésitent pas à déclarer : La dernière tendance en matière de soins de la peau ne se trouve pas nécessairement dans une crème ou une lotion de luxe, mais plutôt dans un tube de concentré de tomate : c’est la conclusion surprenante qui ressort de la recherche nutritionnelle sur ce produit.

Cette étude coordonnée par le professeur Fiorenzo Pastoni, spécialiste de l’alimentation et Vice-Président de l’Ordre national de Biologie italien, a porté sur des échantillons de concentré – double, triple et de verdurine (double concentré de tomate agrémenté de légumes) – produits à partir de différents lots de tomates. Les analyses ont surtout mis en évidence l’importante quantité de lycopène contenue dans le concentré de tomate et le grand nombre de vitamines (A, C, E et PP) et de minéraux (potassium, calcium, phosphore et fer) présents dans ce produit.

Le concentré de tomate: une arme antivieillissement!
Le concentré de tomate: une arme antivieillissement!

Le lycopène, concentré dans la tomate

Le lycopène, qui confère sa couleur à la tomate, est déjà connu pour ses pouvoirs de ralentissement de développement de différentes maladies cardiovasculaires et certains cancers, notamment celui de la prostate. On lui attribue également souvent la faculté de contribuer à protéger la peau des phénomènes d’oxydation induits par l’exposition solaire, et réduire ainsi le risque de coups de soleil.
Le lycopène s’avèrerait aussi être un précieux ingrédient de la recette de beauté. Une fois ingurgité, il aurait en effet tendance à se loger du côté des couches supérieures de la peau où il offre une protection contre les signes du temps qui passe. Excellent antioxydant, c’est à ce titre que le lycopène de tomate est souvent employé dans de nombreux produits antivieillissement.

Mutti fait siens les résultats de l’étude menée par l’équipe du Professeur Pastoni et vu son importante dose naturelle de lycopène, le concentré de tomate de la marque se positionnerait comme un complément alimentaire de “nutri-beauté” substantiel.

Ces recherches auraient démontré que dans 100g de ce double concentré de tomatei, on retrouverait 29,54 mg de lycopène. Ce pourcentage augmenterait encore avec le triple concentré de tomate pour lequel on arriverait à 42,43 mg de lycopène en moyenne, avec un pic de valeurs pouvant même parfois atteindre les 60 mg pour 100g de ce produit. Ces données prendraient bien sûr tout leur sens quand on sait que la quantité de lycopène contenue dans une tomate fraîche est inférieure à 5 mg pour 100g de tomate.

Un concentré à l’épreuve du temps

Selon la société italienne, antivieillissement, diurétique, facile d’emploi, savoureux, polyvalent, etc. Le concentré de tomate regorge de qualités. Intégrer le concentré de tomate dans son alimentation journalière, c’est donc le bon réflexe pour mener une vie saine, équilibrée et ralentir activement l’épreuve du temps !

Boutique Biologiquement.comSuper tomates anti-cancer !

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Le département de l’agriculture américain vient d’annoncer la mise au point de nouvelles tomates plus de trois fois plus riches en antioxydants. Ces nouveaux végétaux pourraient devenir une arme contre le cancer et autres maladies. Les premiers organismes génétiquement modifiés bons pour la santé ? Revue de détail…

Vous vous méfiez des OGM ? Pourtant ceux-ci pourraient bientôt vous permettre de garder la santé…

Des tomates encore meilleures… pour la santé

Les scientifiques de l’université de Purdue (Etats-Unis) et des ingénieurs du département de l’agriculture américain ont en effet réussi à mettre au point des tomates avec environ trois fois et demi plus de lycopènes que leurs équivalents naturels. Les lycopènes, ce sont les pigments qui donnent sa couleur à la tomate. Or ces substances sont connues depuis de nombreuses années pour leurs propriétés antioxydantes. En effet, ils vont empêcher certains composés (les fameux radicaux-libres) de s’attaquer aux cellules. Et l’on sait que cette agression est un facteur important dans l’apparition de cancers ou de maladies cardiovasculaires. Cerise sur le gâteau, ces tomates mûrissent plus lentement, et se gâtent beaucoup moins vite.

Entre aliment et médicament

Les scientifiques ont obtenu ces super-tomates un peu par hasard. En fait, ils cherchaient à produire des fruits qui restaient consommables plus longtemps. Pour cela, ils ont introduit un gène issu d’une bactérie (une levure). Celui-ci permettait de produire une enzyme (une polyamine) pour prévenir la mort cellulaire. Les chercheurs ont mis devant un “promoteur”, c’est-à-dire une séquence d’ADN qui va permettre l’expression du gène dans la tomate uniquement. Or cette manipulation a eu pour effet inattendu d’augmenter la concentration en lycopènes dans les cellules. Selon les scientifiques, ce phénomène pourrait être reproduit dans d’autres fruits et légumes.

Super tomates anti-cancer !
Super tomates anti-cancer !

Des risques ?

Ces manipulations sont directement censées augmenter la valeur nutritionnelle des aliments et leur donner ainsi des vertus santé. Mais quel est le revers de la médaille ? D’abord, il s’agit là d’un organisme génétiquement modifié et on connaît toute la polémique qui entoure ces produits. Ils sont ainsi accusés de nombreux maux : risques d’allergie, modifications de la flore intestinale… sans compter les risques de contamination de l’environnement. De plus, il est vrai que l’on a parfois de mauvaises surprises en augmentant la quantité d’antioxydants dans l’alimentation. C’est ce qui s’est passé dans une étude chez des fumeurs à qui l’ont avait donné des compléments alimentaires à base de caroténoïdes (un autre agent antioxydant). Or cela a eu pour effet paradoxal d’augmenter leurs risques de développer un cancer ! Il ne faudrait pas que ces tomates aient l’effet inverse de celui escompté.

Inutile d’attendre de nouveaux aliments OGM aux avantages et inconvénients controversés pour prendre soin de votre santé. Vous pouvez dès aujourd’hui prévenir les maladies en mangeant cinq fruits et légumes par jour !

Boutique Biologiquement.comTomate : Un antioxydant contre les règles douloureuses

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 5    Moyenne : 2.4/5]

Mais, du point de vue de l’horticulture, la tomate bio antioxydant naturel puissant est plutôt perçue comme un légume tant par sa culture que par son utilisation.

Elle provient du Pérou et a été importée en Europe par les navigateurs espagnols et portugais au XVIe siècle, apprend-on. Réputée aphrodisiaque car elle ressemblait à une mandragore, selon un certain Mathiolus, on la surnomma d’ailleurs “pomme d’amour”. On a en effet pensé qu’elle était vénéneuse et on la réservait à un rôle ornemental.

Les italiens sont les premiers à l’utiliser dans leur cuisine. Aujourd’hui, la tomate s’accommode très bien d’un climat tempéré. Ce fruit joue un rôle équilibrant dans l’alimentation. Il est riche en vitamines A, B, C, E. Par ailleurs, il contient du fer, de nombreux sels minéraux et oligo-éléments. La tomate a des vertus apéritives car elle permet de stimuler les secrétions digestives et favorisent la bonne assimilation des aliments.

Le fruit diminue aussi l’hypertension et lutte contre les piqûres. Pour les piqûres d’insectes venimeux (frelons guêpes, araignées) notamment, la victime doit utiliser le jus de tomate imbibé sur une compresse afin de désinfecter la blessure. Ce fruit est excellent pour le foie car contient des traces d’éléments antibiotiques appelés chlorine et sulfure. La première permet de mieux filtrer les déchets organiques. Le second, quant à lui, protège le foie contre certains engorgements.

Tomate : Un antioxydant contre les règles douloureuses
Tomate : Un antioxydant contre les règles douloureuses

La tomate est précieuse pour le tonus et la ligne. Elle est rafraîchissante et permet une bonne hydratation du corps lorsqu’on ne boit pas assez. Selon certaines scientifiques, c’est un antibiotique et un antioxydant qui participe activement à la lutte contre le développement de certains cancers (poumon, colon, prostate, sein). Elle est également appréciée en cosmétique. Notamment, pour ses vertus purifiantes sur les peaux grasses et acnéiques. Les graines de tomates permettent en effet d’affiner la peau. Très riche en vitamine B, la tomate est idéale pour tonifier et affiner un épiderme fatigué.
Ses feuilles, elles, permettent de soulager des règles douloureuses chez les femmes. Pour cela, celles qui en souffrent doivent mettre une poignée de feuille de tomate dans deux verres d’eau propre. Ensuite, les broyer jusqu’à l’obtention d’un jus. Il est conseillé de consommer le jus obtenu matin et soir. Par contre, pour les malades qui souffrent de l’acné, les fruits verts de tomate sont conseillés dans ce cas. Il faudrait à cet effet les couper au préalable en tranches et apposer une de ces tranches sur l’acné, laisser 30mn et laver. Cette opération doit être répétée deux fois par jour.

Boutique Biologiquement.comDescription de la tomate bio

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Issue d’une plante originaire du Mexique et de l’Amérique centrale, la tomate était autrefois cultivée par les Indiens qui la firent connaître aux premiers colons venus d’Espagne. Longtemps considérée comme étant vénéneuse, la tomate était principalement utilisée comme plante ornementale jusqu’au XVIIIe siècle.

Fruit ou légume?

Les botanistes considèrent la tomate comme un fruit parce qu’elle contient les graines de la plante. Dans la vie de tous les jours et particulièrement en cuisine, on l’utilise comme un légume. Peu importe sa nature, l’important c’est d’en manger souvent!

Fleur de tomate bio
Fleur de tomate bio

Bien choisir ses tomates, une question de doigté

Choisissez des tomates intactes, fermes et ayant la peau lisse. Elles sont mûres lorsque la chair cède sous une pression du doigt. Les tomates sont disponibles toute l’année, mais c’est à la fin de l’été qu’elles sont les plus savoureuses.

Un mûrissement assuré

Pour faire mûrir des tomates trop pâles, laissez-les sur le bord de la fenêtre de la cuisine. Pour accélérer le processus, glissez-les dans un sac de papier brun ou enveloppez-les d’un linge.

Conservation : attention, fragile!

Exposées à moins de 5 °C, les cellules de la tomate se brisent et il en résulte une perte de saveur. Donc, le frigo est déconseillé pour la tomate! Dans un bol, à l’abri du soleil, elle se conservera de 2 à 4 jours selon le degré de maturité.

Le saviez-vous?

Les tomates se congèlent très bien! Il suffit de les plonger dans de l’eau bouillante pendant une minute puis d’en retirer la peau. Placez-les ensuite dans un sac à congélation ou dans un plat hermétique et le tour est joué! La texture de la tomate sera plus molle, mais elle demeurera idéale pour la cuisson (mets cuisinés, sauces ou potages).

Attributs nutritionnels

Protection contre le cancer de la prostate
Ce sont les antioxydants de la tomate qui contribuent à la prévention de certains cancers, notamment le cancer de la prostate. L’antioxydant majeur est le lycopène, le pigment responsable de la belle couleur rouge de la tomate. Son rôle dans la prévention du cancer de la prostate fait encore l’objet d’études, mais les résultats sont prometteurs.

Effet hypocholestérolémiant

Des études semblent démontrer que la consommation de tomates ou de ses produits dérivés diminue le niveau de cholestérol LDL (mauvais cholestérol). Étant donné l’importance des maladies cardiovasculaires, voilà un résultat encourageant!
Bonne source de potassium
Il est bien connu que la banane contient beaucoup de potassium, mais la tomate en contient pratiquement tout autant! Effectivement, une tomate moyenne contient un peu plus de 80 % de la quantité de potassium que contient une petite banane. Le potassium étant impliqué dans plusieurs phénomènes biologiques, en consommer est donc bénéfique pour l’organisme.

Astuces nutritionnelles

Consommez la pelure, elle regorge de précieux éléments nutritifs tels les antioxydants, les vitamines, les minéraux et les fibres.
Maximisez les bienfaits des tomates en les consommant cuites.
Vous voulez améliorer le potentiel anticancérigène de la tomate? Vous n’avez qu’à ajouter un corps gras à la cuisson comme de l’huile d’olive. Vous faciliterez ainsi l’absorption du lycopène dans votre organisme.
Ajoutez dans vos recettes des produits dérivés de la tomate tels que la sauce, la soupe, la pâte et le jus. Ces produits sont plus concentrés en lycopène que la tomate fraîche en plus d’être plus faciles à absorber par l’organisme. Cependant, les produits dérivés sont fréquemment additionnés de sel. Il faut donc faire preuve de vigilance lors de notre choix de produits.
Favorisez la tomate aux suppléments de lycopène. En effet, les suppléments ne contiennent pas les fibres, les vitamines, les minéraux et les antioxydants naturellement présents dans la tomate.
Augmentez vos portions de fruits et de légumes en ajoutant fréquemment des tomates à vos repas. Une façon facile et agréable de miser sur la santé.
Trucs gourmets :
Faites griller des tranches de tomates, déposez-les dans une assiette puis ajoutez des mini-bocconcinis coupés en deux. Nappez d’un filet de vinaigre balsamique et d’huile d’olive. Ajoutez des échalotes ciselées pour la présentation. Servir en entrée.
Coupez une baguette en tranches minces puis faites-les rôtir au four. Mélanger de l’ail, des tomates en dés avec un soupçon d’origan et de basilic frais. Ajoutez le mélange sur les croûtons et faites gratiner avec de l’emmenthal.
Voici une recette de sauce express pour accompagner les viandes, la volaille et le poisson : faites chauffer des tomates en dés avec de l’ail puis ajoutez de la pâte de tomates, un filet de vinaigre de votre choix et une pincée de sucre. Ajoutez du thym et laissez mijoter quelques minutes.
Pour une salade fraîche délicieuse et rapide, déposez dans un bol des quartiers de tomates, du fromage féta, des cubes de concombre et des olives noires. Ajoutez un filet d’huile d’olive et du poivre du moulin.
Relevez vos pizzas maison avec des tranches de tomates séchées. Idéales avec des lanières de poulet, des olives noires, du pesto de basilic frais, le tout gratiné avec du fromage asiago.
Astuces de l’aide-gourmet
La tomate laisse échapper beaucoup d’eau lors de la cuisson. Il est donc préférable de la faire cuire à découvert sur feu doux pour en décupler toute la saveur.
Évitez de cuire les tomates dans des récipients en aluminium puisque leur acidité a un effet corrosif et que les tomates prennent un goût métallique déplaisant pouvant même être nocif.
Ajoutez un peu de sucre lors de la cuisson pour neutraliser l’excès d’acidité des tomates
Des combinaisons parfaites
La tomate se marie à merveille avec de l’ail, des échalotes, du basilic, de l’estragon, du thym, des feuilles de laurier, de l’origan et du cumin.

Boutique Biologiquement.comLycopène est le caroténoïde antioxydant dans la tomate

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 2.5/5]

La tomate bio antioxydant naturel puissant est un fruit, elle est apprêtée et considérée comme un légume.

Selon les espèces, les tomates sont de forme et de taille différentes (tomate cerise, italienne, commune). De plus, leur couleur peut varier selon la variété, allant du vert au rouge, en passant par le jaune et l’orange. Cette fiche abordera les effets sur la santé de la consommation de la tomate et de ses produits dérivés. Leurs propriétés ont été étudiées par de nombreux chercheurs.

Plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont démontré qu’une consommation élevée de fruits et de légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. Quelques mécanismes d’action ont été proposés pour expliquer cet effet protecteur; la présence d’antioxydants dans les fruits et les légumes pourrait jouer un rôle.
Antioxydants. Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Les caroténoïdes sont les principaux composés antioxydants de la tomate, dont le plus abondant est le lycopène. La tomate contient aussi une quantité non négligeable de différents composés phénoliques, qui contribuent aussi à son activité antioxydante.
La pelure de la tomate contient davantage d’antioxydants (composés phénoliques, vitamine C et lycopène) que sa chair et ses graines. Les produits dérivés de la tomate (telles la pâte ou la sauce tomate), du fait qu’ils soient plus concentrés que la tomate elle-même, contiennent généralement plus de certains nutriments et de composés antioxydants, tel le lycopène. À titre d’exemple, à poids équivalent, le contenu en antioxydants de la pâte de tomate serait de trois à six fois plus élevé que celui de la tomate fraîche.
Lycopène.

Le lycopène est le caroténoïde qui donne la couleur rouge vif à la tomate. Les tomates et les produits à base de tomates sont les principales sources de lycopène dans l’alimentation nord-américaine, fournissant 85 % de ce caroténoïde. Ce composé exerce une importante action antioxydante ainsi que d’autres fonctions dans l’organisme. On lui attribue entre autres des effets hypocholestérolémiants et anti-inflammatoires ainsi que la capacité à empêcher la prolifération de certains types de cellules cancéreuses. Ainsi, des concentrations élevées de lycopène dans le sang ont été associées à de plus faibles incidences de certaines maladies chroniques, tels la maladie cardiovasculaire et le cancer de la prostate. Même si les données actuelles ne sont pas suffisantes pour recommander un apport quotidien en lycopène, les études épidémiologiques et d’intervention indiquent que la consommation de plus de 6 mg de lycopène par jour pourrait entraîner des effets bénéfiques.
Les tomates et les produits dérivés de la tomate diffèrent quant à leur contenu en lycopène et à leur biodisponibilité. En effet, les processus de transformation des tomates (cuisson, broyage, homogénéisation, etc.) améliorent l’absorption du lycopène dans l’organisme17,18. Cela est attribuable, entre autres, au bris des cellules dans lesquelles se retrouve le lycopène ainsi qu’au changement de structure du lycopène. Ainsi, la consommation de différents produits à base de tomates (fournissant de 20 mg à 50 mg de lycopène) augmente significativement la concentration de lycopène dans le sang. À titre d’exemple, il faudrait consommer de 3 à 13 fois plus de tomates fraîches que de jus ou de pâte de tomates pour augmenter de façon équivalente les concentrations sanguines de lycopène21. Le fait de couper21 et de les consommer avec une source de gras aurait pour effet d’améliorer l’absorption de ce caroténoïde dans le sang. Il est à noter que la capacité d’absorption du lycopène dans l’organisme diffère d’un individu à l’autre.
les tomates fraîches en petits morceaux.

Cancer de la prostate. Le cancer de la prostate est l’un des cancers les plus souvent diagnostiqués chez les hommes au Canada. Plusieurs auteurs ont observé que la consommation fréquente ou régulière de produits dérivés de la tomate pouvait avoir un effet protecteur contre ce type de cancer. D’après les résultats d’une méta-analyse récente, les plus grands consommateurs de tomates et de produits dérivés de la tomate diminuent de 10 % à 20 % leur risque de développer un cancer de la prostate comparativement aux hommes qui en consomment peu. Bien qu’il existe de plus en plus de données démontrant un lien entre la consommation de tomates ou de leurs produits dérivés et la prévention du cancer de la prostate, certaines études n’ont pu obtenir de résultats concluants. Selon les données d’une étude prospective, la relation s’observerait uniquement chez les personnes les plus à risque de cancer de la prostate.

Autres cancers. Un article de revue scientifique faisant la synthèse des résultats de plusieurs études épidémiologiques révèle qu’une consommation élevée de tomates pourrait avoir un impact sur le risque de cancers autres que celui de la prostate. Plus d’une vingtaine d’études ont démontré un lien entre la consommation de tomates ou de lycopène et une plus faible incidence de cancer du poumon et de l’estomac. Certaines études indiquent aussi un certain effet protecteur de la consommation de tomates ou de lycopène sur l’incidence des cancers du pancréas, du côlon et du rectum, de l’oesophage, de la cavité orale, du sein et du col de l’utérus. Par contre, les preuves scientifiques qui appuient ces dernières observations sont moins convaincantes que celles portant sur les cancers de la prostate, du poumon et de l’estomac. De plus, comme ces données proviennent principalement d’études d’observation, il n’est pas possible d’établir de relation de « cause à effet » définitiv. Le lycopène pourrait être associé à ces effets bénéfiques, mais davantage d’études sont requises pour bien définir son rôle et celui d’autres composés, tels les autres caroténoïdes de la tomate.

Lycopène est le caroténoïde antioxydant dans la tomate
Lycopène est le caroténoïde antioxydant dans la tomate

Maladies cardiovasculaires. La consommation de tomates et de produits dérivés de la tomate pourrait procurer une certaine protection contre les maladies cardiovasculaires. Une étude d’envergure réalisée chez des femmes a démontré que plus celles-ci consommaient de produits à base de tomates, plus leur risque de maladies cardiovasculaires diminuait. Dans plusieurs études, la consommation quotidienne de tels produits diminuait l’oxydation des lipides dans le sang. Il est bien établi que l’oxydation du cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol) contribue à l’incidence de la maladie coronarienne. De plus, des études ont révélé que la consommation d’extraits de tomates et de différents produits à base de tomates diminuait l’agrégation plaquettaire et, par conséquent, la formation de caillots sanguins pouvant obstruer les artères. Par contre, le lycopène n’a pas été associé au risque de maladies cardiovasculaires dans toutes les études; d’autres recherches seront donc nécessaires. En plus du lycopène, la présence d’autres nutriments dans la tomate (composés antioxydants, folate, vitamines E et C) pourrait produire un effet de synergie contribuant à la protection cardiovasculaire.

Potassium. La tomate est une source de potassium. Dans l’organisme, le potassium sert à équilibrer le pH du sang et à stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion. De plus, il facilite la contraction des muscles, incluant le coeur, et participe à la transmission de l’influx nerveux.
Manganèse. La tomate est une source de manganèse. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.
Cuivre. La tomate est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Vitamine B3. La tomate est une source de vitamine B3 pour la femme seulement, les besoins en vitamine B3 étant supérieurs chez l’homme. Appelée aussi niacine, la vitamine B3 participe à de nombreuses réactions métaboliques et contribue particulièrement à la production d’énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines et de l’alcool que nous ingérons. Elle collabore aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un développement normaux.
Vitamine B6. La tomate est une source de vitamine B6. Aussi appelée pyridoxine, la vitamine B6 fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses.
Vitamine C. La tomate est une source de vitamine C. Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes. Elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.
Vitamine A. La tomate est une source de vitamine A, sous forme de bêta-carotène. La vitamine A est l’une des vitamines les plus polyvalentes, collaborant à plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, elle favorise la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et contribue à la bonne vision, particulièrement dans l’obscurité.
Vitamine E. La tomate est une source de vitamine E. Antioxydant majeur, la vitamine E protège la membrane qui entoure les cellules du corps, en particulier les globules rouges et les globules blancs (cellules du système immunitaire).
Vitamine K. La tomate est une source de vitamine K. Cette vitamine est nécessaire pour la fabrication de protéines qui participent à la coagulation du sang (autant à la stimulation qu’à l’inhibition de la coagulation sanguine). Elle joue aussi un rôle dans la formation des os. En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des carences en cette vitamine.

Le lycopène : l’aliment ou le supplément?
La tomate contient plusieurs nutriments essentiels (antioxydants, vitamines, minéraux, fibres) qui exercent différents effets sur la santé. Ces composés actifs agissent de façon synergique. Cet effet ne serait pas observé lorsque l’on consomme un supplément de lycopène. En fait, les bénéfices de la consommation de ce type de supplément ne sont pas encore bien démontrés chez l’humain. La consommation de légumes et de fruits, incluant les tomates, demeure donc le meilleur moyen de se prévaloir des bienfaits qui leurs sont attribués.
La tomate sous différentes formes
Les produits dérivés de la tomate sont des sources intéressantes de lycopène, sous une forme qui est particulièrement bien absorbée dans l’organisme. Mais attention! Ces produits contiennent des quantités élevées de sodium en comparaison avec la tomate fraîche. Par exemple, une portion de 15 ml (1 c. à soupe) de sauce tomate et de ketchup fournit respectivement 80 mg et 170 mg de sodium. Cela représente de 3 % à 7 % de l’apport maximal en sodium recommandé chaque jour. Ces aliments doivent donc être consommés avec modération, dans le cadre d’une alimentation équilibrée, qui inclut de sept à dix portions de fruits et de légumes par jour, pour un adulte.
L’hypersensibilité à la tomate
Les personnes allergiques au latex peuvent démontrer une hypersensibilité à la tomate, ainsi qu’à d’autres aliments (tels que le kiwi, la banane, la pêche, le poivron). Différentes manifestations ont été relevées chez des personnes prédisposées ayant consommé ces aliments : de l’urticaire aux réactions anaphylactiques. Les personnes déjà sensibilisées aux allergènes du latex doivent donc porter une attention très particulière lorsqu’elles consomment ces aliments, étant donné la gravité potentielle des réactions. Il est recommandé de consulter un allergologue afin de déterminer la cause des réactions à certains aliments et de mieux connaître les précautions à prendre.
Les troubles de l’oesophage
Il est recommandé aux gens qui souffrent de problèmes gastriques ou oesophagiens (reflux gastro-oesophagien, oesophagite peptique ou hernie hiatale symptomatique) de porter une attention particulière à la consommation de tomates ou de jus de tomate. Il est possible que la consommation de ces aliments provoque des douleurs oesophagiennes.
Le syndrome d’allergie orale
La tomate fait partie des aliments pouvant être incriminés dans le syndrome d’allergie orale. Ce syndrome est une réaction allergique à certaines protéines d’une gamme de fruits, de légumes et de noix. Il touche des individus ayant des allergies aux pollens de l’environnement. Ce syndrome est presque toujours précédé par le rhume des foins. Lorsque certaines personnes allergiques au pollen de bouleau et de graminées consomment la tomate crue, une réaction immunologique peut survenir. Des symptômes locaux se limitant à la bouche, aux lèvres et à la gorge, par exemple des démangeaisons et des sensations de brûlure, peuvent alors apparaître, puis disparaître habituellement quelques minutes après avoir consommé ou touché l’aliment incriminé. En l’absence d’autres symptômes, cette réaction n’est pas grave : la consommation de tomate n’a pas à être évitée de façon systématique. Toutefois, il est recommandé de consulter un allergologue afin de déterminer la cause des réactions aux aliments végétaux. Ce dernier sera en mesure d’évaluer si des précautions spéciales doivent être prises. À noter que la cuisson dégrade habituellement les protéines allergènes.

Du chocolat aux tomates!

La gamme des produits à base de tomates offerts sur le marché ne cesse de s’élargir et des boutiques en ont fait leur unique spécialité : beurres, tartinades, confits, coulis, crèmes, sauces toutes catégories, gelées, jus, confitures, ketchup… sans oublier le chocolat farci aux tomates séchées! Aucune préparation n’échappe à ce qui était, il y a quelques centaines d’années, un produit sans importance commerciale.

Ne pas confondre tomate verte immature et tomate verte mature. Dans le premier cas, il s’agit d’une tomate qui virera au rouge, à l’orange ou au jaune lorsqu’elle arrivera à maturité; dans le deuxième, d’un fruit qui reste vert à maturité. Les deux se consomment, mais on fait plutôt cuire ou mariner la première tandis que la deuxième, plus sucrée, peut se consommer fraîche.
Préparation
Pour la peler, la déposer dans l’eau bouillante. Si on la retire au bout d’une dizaine de secondes, elle s’épluche facilement avec un couteau. Si on la laisse 40 ou 50 secondes, la peau se fendille et elle se détache ensuite pratiquement d’elle-même quand on passe la tomate sous l’eau froide. Les tomates congelées entières se pèlent facilement sous le robinet.
Apprêts culinaires
Dans les crèmes, les soupes et les consommés. À essayer le gaspacho espagnol, que l’on sert bien froid les jours de canicule. Ou la soupe de tomates vertes (immatures) cuites à l’eau et enrichies de lait et de crème.
Farcie, crue ou cuite, froide ou chaude.
En sauce, avec ou sans viande. Les olives conviennent particulièrement aux sauces sans viande, de même que la crème et les champignons.
En casserole, coupée en tranches en alternance avec d’autres légumes : aubergines, pommes de terre, courgettes. Gratiner au four.
Dans les pizzas. La picharde française se prépare avec une pâte à pain que l’on recouvre d’une sauce tomate maison, de filets d’anchois et d’olives. On cuit le tout une demi-heure au four chaud.
Dans les sorbets et les granités, les gelées et les confitures.
Dans la salade grecque, simplement composée de tranches de tomates et d’oignons, fromage feta, olives noires, basilic, ail, le tout arrosé d’un filet d’huile d’olive.
Dans l’omelette espagnole. Avec des oignons, des poivrons verts et rouges et des tomates coupées en dés. Ajouter les oeufs battus et cuire jusqu’à ce qu’ils soient fermes.
Salade de tomates cerises aux quatre couleurs. Couper en deux des tomates cerises rouges, orange, vertes et jaunes, et servir avec une vinaigrette à la moutarde.
Salade de pâtes courtes. Thon pâle dans l’huile, olives noires, tomates rouges et jaunes coupées en dés, haricots verts et pâtes. Aromatiser au basilic et à l’origan.
Tomates à la provençale. Trancher les tomates, les mettre à dégorger avec un peu de sel, les faire revenir dans l’huile d’olive, puis les mettre au four, après les avoir saupoudrées d’ail, de persil et de chapelure. Ou garnir des moitiés de tomates de moutarde de Meaux et de fines herbes et mettre sur le gril ou au four.
Bruschetta. Couper des tomates en dés, les laisser égoutter dans une passoire, puis les assaisonner au basilic et à l’ail. Servir sur des tranches de pain de campagne huilées et passées au four.
Vinaigrette à la tomate séchée. Faire ramollir les tomates dans l’huile d’olive, puis passer au mélangeur avec du vinaigre balsamique, de l’huile et des fines herbes de son choix.
Tomates vertes immatures. Couper les tomates en tranches, les paner et les sauter à l’huile. On peut également en faire des tartes et des gâteaux.

Conservation

Conserver les tomates de préférence hors du réfrigérateur, leur saveur et leur texture se détériorant lorsqu’elles sont exposées à des températures inférieures à 15 ºC. Mettre les tomates qui ne sont pas parfaitement à point à mûrir dans un sac de papier ou dans un compotier.
Congélateur : entières sur une plaque de tôle; une fois congelées, les mettre dans des sacs à congélateur. Ou les blanchir, les peler et les laisser égoutter une heure ou deux avant de les congeler.

Clafoutis thon-tomate
Temps de préparation : 10 min
Temps de cuisson : 40 min

100 g de farine
4 oeufs
20 cl de lait
70 g d’emmental râpé
1 boîte de thon à l’huile
1 boîte de tomates cerises
4 pincées de sel
4 pincées d’herbes de Provence
Recette délicieuse à déguster avec une salade.
Mélangez la farine, le lait, les oeufs, le sel et les herbes de Provence.
Ajoutez le thon emietté, le fromage râpé.
Déposez les tomates dans un moule beurré et fariné.
Versez la préparation par dessus.
Faites cuire 40min, th.6.7 (220°C).

Boutique Biologiquement.comLa tomate et la nutrition

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Tous nos aliments nous fournissent des nutriments, sinon ce ne serait pas de la « nourriture ». Les nutriments sont généralement divisés entre macronutriments et micronutriments.

Les macronutriments
Les macronutriments sont ceux qui sont nécessaires en quantité importante et qui procurent à la fois l’énergie nécessaire à la vie et les matériaux bruts pour élaborer de nouvelles cellules dans l’organisme. Les macronutriments peuvent être divisés en graisses (huile d’olive, beurre), hydrates de carbone (sucre, pain) et protéines (viande, mais également fromage et certaines plantes légumineuses). Les fibres et l’eau sont parfois considérées comme des macronutriments également.

Le pain complet est une bonne source d’hydrates de carbone et de fibres.

Micronutriments

Les micronutriments sont ces composés nécessaires ou bénéfiques pour l’organisme, mais en quantités relativement faibles. Les plus importants sont les vitamines et les minéraux et les antioxydants d’un intérêt croissant.

Vitamines
Les vitamines sont des composés organiques que le corps ne peut pas produire lui-même (en quantité suffisante) mais qui sont essentielles pour la vie. Les vitamines sont probablement mieux connues pour leur rôle en tant que co-facteurs ou co-enzymes mais elles remplissent également un certain nombre d’autres rôles en tant que médiateurs de la transmission entre cellules.

Minéraux
Les minéraux sont des éléments inorganiques nécessaires au fonctionnement normal de l’organisme. Souvent divisés en minéraux essentiels et minéraux en trace, ils sont nécessaires en quantités variables. Ils remplissent un certain nombre de fonctions et agissent notamment comme électrolytes, ou font partie de la structure cellulaire ou sont des co-facteurs d’enzymes.

Antioxydants
Les oxydants sont des composés qui ont la capacité de changer la structure chimique d’autres composés d’une manière particulière. La rouille du fer, le brunissement d’une pomme à l’air et la couleur fanée d’un pantalon en jean sont tous des résultats de l’oxydation.

Les agents d’oxydation sont mauvais pour l’organisme car ils ont la capacité d’endommager de nombreux matériaux constitutifs de l’organisme, comme les graisses, les protéines et l’ADN. Ceci peut entraîner une maladie et même le cancer. Un groupe particulier d’agents oxydants hautement réactifs sont connus sous le nom de radicaux libres. Il existe de grandes quantités de radicaux libres dans la fumée qui est l’une des raisons pour laquelle fumer représente un risque supérieur de développer un cancer.

Les antioxydants sont des composants qui neutralisent les oxydants. Il est évident qu’absorber davantage d’antioxydants dans notre alimentation pourrait contribuer à un style de vie plus sain

La tomate est un excellent aliment pour augmenter la prise de micronutriments. Elle renferme des antioxydants (qui aident à combattre le cancer), les vitamines C et E, des minéraux comme le fer et le zinc et du folate (la forme naturelle de l’acide folique). C’est sur la production de ces composés que les scientifiques d’Eu-Sol cherchent à enquêter.

Vitamines
Vitamine C
La vitamine C est nécessaire pour le fonctionnement correct d’un certain nombre d’enzymes, notamment trois d’entre eux, impliqués dans la production du collagène, cette substance vitale pour la résistance et la structure de tissus comme la peau, les gencives, les dents, etc. Le scorbut, dont souffraient les marins en raison du manque de vitamine C, est le résultat de cette incapacité à produire du collagène. Ses symptômes sont le saignement des gencives, des taches rouges sur la peau et il peut entraîner la mort.

Comme les tomates, les limes sont une bonne source de vitamine C et c’était l’habitude d’emporter ces citrons verts à bord des bateaux pour combattre le scorbut, ce qui a fait surnommer les anglais « limeys ».

Vitamine E
La vitamine E est un composant nécessaire à la composition de la membrane cellulaire. Certains éléments suggèrent qu’elle peut réduire le risque de maladie cardiaque.

Acide folique
L’acide folique est en réalité une des vitamines du groupe B et il est indispensable à la production et à l’entretien des cellules neuves. Une carence en acide folique peut conduire à l’anémie car elle entraîne un problème pour la création de nouveaux globules rouges. L’acide folique est particulièrement important pour les femmes enceintes, surtout au stade précoce du développement du fœtus.

Antioxydants

il existe un certain nombre de groupes divers de composés existant dans la tomate qui possèdent des propriétés antioxydantes.

Caroténoïdes

Les caroténoïdes sont un groupe de composés possédant des propriétés antioxydantes. Les caroténoïdes sont des pigments naturels. Comme leur nom l’indique, ils sont responsables de la couleur orange des carottes mais aussi du jaune des pommes de terre, du rose des plumes de flamants et du rouge des tomates. Le lycopène est le caroténoïde responsable de la couleur rouge des tomates et fait l’objet d’un intérêt récent mais considérable en raison de ses propriétés antioxydantes extrêmement puissantes. Il existe aussi certaines preuves significatives suggérant que des taux élevés de lycopène dans l’alimentation peuvent protéger contre certains cancers, en particulier celui de la prostate.

Flavonoïdes

Les flavonoïdes sont un autre groupe de pigments naturels aux propriétés antioxydantes. Les flavonoïdes sont responsables de la couleur orange des oranges. La principale différence entre les caroténoïdes et les flavonoïdes est que les caroténoïdes se dissolvent dans les graisses et les flavonoïdes dans l’eau. En fait, il semble que l’activité antioxydante observée dans l’organisme après la consommation de flavonoïdes ne soit pas due aux propriétés antioxydantes des flavonoïdes eux-mêmes mais plutôt aux processus physiques qu’ils stimulent.

Vitamines C et E
Les vitamines C et E sont des antioxydants très efficaces.

Minéraux

Zinc
Le zinc agit comme co-facteur de nombreuses enzymes. Il est essentiel à la division cellulaire ainsi qu’à la croissance et à la réparation de l’organisme. Il est également nécessaire au développement normal de l’appareil reproducteur et joue un rôle dans le système immunitaire et la cicatrisation des plaies.

Fer

Le fer est nécessaire pour la formation de l’hémoglobine dans les globules rouges (en fait c’est le fer qui donne sa couleur rouge au sang lorsqu’il est exposé à l’oxygène) et une carence conduit à l’anémie. Le fer est également nécessaire au métabolisme énergétique normal et à celui des substances étrangères, comme les médicaments, qui doivent être éliminées de l’organisme.

La tomate et la nutrition
La tomate et la nutrition

Processus et nutrition

Les quantités des divers nutriments dans une tomate quelconque dépendent des processus qui se produisent durant la croissance et le mûrissement de la tomate.

Nous allons parler ici du lycopène. L’accumulation de lycopène se produit durant les stades tardifs du développement de la tomate, lorsque la tomate mûrit et prend une teinte rouge. De tous les aspects du mûrissement de la tomate, comme l’adoucissement, l’augmentation du taux de sucre dans la tomate et l’odeur de fruit mûr, l’accumulation de lycopène est peut-être le plus évident avec un changement radical de couleur de la tomate, passant du vert au rouge.

Le changement de couleur correspond à la conversion du pigment vert de la tomate en lycopène, qui est un pigment rouge. Le pigment vert de la tomate est la chlorophylle. C’est le même pigment que l’on trouve dans toutes les plantes, qui est responsable de l’absorption de l’énergie solaire pour que la plante puisse survivre et grandir.

Alors pourquoi la tomate devient-elle rouge ? Pour comprendre cela, nous devons examiner le rôle d’un fruit. La production d’un fruit, quel qu’il soit, est une stratégie de la plante pour répandre ses graines. Un fruit est conçu pour attirer les animaux pour qu’ils le mangent. Après la consommation et la digestion du fruit, les graines sont déposées (à distance de la plante d’origine) dans les selles des animaux. Le changement de couleur d’un fruit au cours du mûrissement est un signal envers les animaux, leur indiquant que le fruit s’est adouci et s’est chargé en sucre, en bref qu’il est prêt à être mangé.

Le début et l’achèvement du mûrissement sont en partie stimulés par la lumière à laquelle la plante est exposée. Les fruits qui ne reçoivent pas suffisamment de lumière ne mûrissent pas correctement.

Les gènes et la nutrition

Bon nombre des processus chimiques contribuant au mûrissement, y compris le changement de la chlorophylle en lycopène dans une tomate sont, au moins en partie, contrôlés par la quantité de lumière que le fruit reçoit. Sans suffisamment de lumière, le fruit ne mûrit pas correctement.

La lumière stimule en partie le processus de mûrissement de la tomate.

La lumière que reçoit le fruit est absorbée et captée par des récepteurs qui, à un certain degré de lumière, initient une série de processus chimiques en cascade. Dans ce processus, chaque réaction chimique en amène d’autres, en cascade. De cette manière, le déclenchement d’une réaction peut (mais ne le fera pas nécessairement) avoir des effets significatifs, de grande portée. Les gènes sont inclus dans ce réseau d’inter-réactions chimiques. L’expression (ou l’activité) de ces gènes est contrôlée par certains composés chimiques connus sous le nom de « régulateurs de transcription ». À leur tour, les produits de ces gènes (les enzymes) affectent la vitesse des réactions chimiques suivantes. Démêler l’interaction des composés chimiques et des gènes dans un fruit en train de mûrir représente une énorme difficulté, mais nous nous approchons chaque jour de la compréhension totale.

Le gène det1 est impliqué dans le taux de lycopène dans une tomate. Ce gène produit une protéine qui agit comme un frein sur les processus chimiques stimulés par la lumière. En réduisant la quantité de cette protéine par une modification génétique appelée « RNAi », les scientifiques ont réussi à augmenter le taux de lycopène dans une tomate. Ils ont, en réalité, également réussi à augmenter les taux de flavonoïdes, de l’acide chlorogénique (tous deux des antioxydants) et de bêta carotène, un produit chimique nécessaire à la production de la vitamine A chez l’être humain.

Le gène det1 est ce que l’on appelle souvent un interrupteur général, c’est-à-dire qui affecte de nombreux processus chimiques. Il aide à déterminer la réponse globale du fruit à la lumière.

La connaissance de l’action de ce gène dans les tomates sera utile aux efforts pour cultiver des tomates plus nutritives. Mais cela accroît également notre connaissance générale du mûrissement dans la réponse des fruits et des plantes à la lumière, ce qui pourra être d’un intérêt certain pour de nombreux scientifiques. Ce travail a été réalisé sur l’arabidopsis, un modèle végétal, et a d’abord indiqué que le det1 agit comme un frein sur la réponse des plantes à la lumière.

L’arabidopsis est un modèle végétal étudié de manière approfondie et les connaissances acquises peuvent s’appliquer à d’autres plantes.

Boutique Biologiquement.comSauce tomate à volonté

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Manger des tomates bio antioxydant naturel puissant, c’est bon pour la santé.

Mais les déguster cuites dans un filet d’huile d’olive, c’est encore mieux car ce mode de préparation contribue à augmenter le taux de lycopène, un caroténoïde aux propriétés antioxydantes et préventives des cancers, notamment du cancer de la prostate…
Lycopène : un antioxydant anti-cancer de la prostate
La biodisponibilité du lycopène augmente à la cuisson
Tomates cuites à toutes les sauces
Lycopène : un antioxydant anti-cancer de la prostate

lycopène et bêta-carotène appartiennent à la famille des caroténoïdes, des pigments naturels synthétisés par les plantes. Ils sont à l’origine de la couleur de nombreux fruits et légumes : tomate, abricot, melon, carotte, citrouille, papaye, pamplemousse, etc. Ces molécules ont d’autres propriétés fonctionnelles : elles sont anti-oxydantes et contribuent ainsi à prévenir les maladies cardiovasculaires et les cancers, ce qui les rend très intéressantes d’un point de vue nutritionnel. A noter que le lycopène est le caroténoïde majoritairement présent dans les tomates. Plusieurs études suggèrent que le lycopène participe à la prévention des cancers et particulièrement du cancer de la prostate. De toute évidence, les personnes qui consomment le plus de mets à base de tomates ou qui ont les taux sanguins de lycopène les plus élevés voient leur risque de cancer de la prostate diminuer de 25 à 50%.

Sauce tomate à volonté
Sauce tomate à volonté

La biodisponibilité du lycopène augmente à la cuisson

Le lycopène présente une autre caractéristique très particulière et peu connue du grand public. Alors que toutes les vitamines sont extrêmement fragiles et très largement détruites lorsque les fruits et les légumes sont exposés à l’air, à la lumière et/ou à la chaleur, ce n’est pas exactement le cas du lycopène et des caroténoïdes. Si la cuisson des légumes s’accompagne d’une perte plus ou moins importante des vitamines, la cuisson des tomates a l’effet inverse vis-à-vis du lycopène car cette étape augmente la biodisponibilité du lycopène. Il semblerait que la chaleur favorise la dégradation des parois des cellules, ce qui contribue à libérer les caroténoïdes, lesquels sont davantage absorbés dans le tube digestif. Et enfin, la cuisson dans un corps gras comme l’huile d’olive contribue encore à rendre plus assimilable le lycopène par l’organisme.

Tomates cuites à toutes les sauces

En pratique, il est préférable de consommer une partie des tomates cuites dans un filet d’huile d’olive car cette préparation améliore la biodisponibilité du lycopène et des caroténoïdes en général. Ainsi, les produits dérivés de la tomate comme les sauces cuisinées présentent un intérêt nutritionnel à ne pas négliger. A lire également sur e-sante frais, surgelés ou en conserve ?”> Les légumes : frais, surgelés ou en conserve ?

Boutique Biologiquement.comLes Tomates antioxydantes et Concombres

  Posté par tomate       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Vitamines B, C, E , provitamine A, minéraux et oligo éléments, la liste est longue pour les tomates bio antioxydant naturel puissant et concombres ces champions de la vitalité.

Gorgés en eau, en antioxydants, ainsi qu’en minéraux et oligo-éléments essentiels, ils contribuent à la bonne hydratation de l’organisme et aident à lutter contre les agressions extérieures. Ce duo gagnant a désormais sa place dans la prévention des cancers et intervient dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires.

Le concombre, un atout vitalité !

Ses apports en vitamines
Il procure un large éventail de minéraux et vitamines (plus concentrés dans sa peau) : du potassium, toutes les vitamines du groupe B, de la vitamine C (8 mg aux 100 g), et un peu de provitamine A et de vitamine E.

Des vertus uniques
On attribue au jus de concombre absorbé à jeun des propriétés dépuratives. Sa richesse en eau (96%) lui confère des vertus diurétiques et drainantes. Bien pourvu en fibres, il participe au bon fonctionnement du transit intestinal. Le concombre serait également un calmant naturel (anti stress et anxiété).

Un allié minceur incontournable
Composé à 96% d’eau, il fait partie des aliments les moins caloriques : 10 calories aux 100 grammes. Reminéralisant, hydratant et pauvre en calories, le concombre est parfait pour le régime et permet de ne pas alourdir l’entrée d’un repas.

Les Tomates antioxydantes
Les Tomates antioxydantes

Côté beauté
Le concombre a des propriétés hydratantes, cicatrisantes, assainissantes et astringentes. Il est considéré comme un adoucissant, et on l’utilise traditionnellement (sous forme de cataplasme ou de lotion) pour lutter contre les rougeurs, les dartres, les taches de rousseurs, les démangeaisons et même les rides ! Il est également parfait pour redonner de l’éclat à la peau et la raffermir, purifier le teint et resserrer les pores.

La tomate, pour une cuisine vitaminée !

De nombreuses propriétés médicinales
Rafraîchissante, savoureuse et à consommer sans modération, la tomate est un légume-fruit qui joue un rôle équilibrant dans l’alimentation et regorge d’atouts nutritionnels.

Antioxydant : la tomate doit sa couleur rouge au lycopène qui protège les cellules des attaques radiculaires et au béta carotène qui est un antioxydant majeur jouant un rôle dans la prévention de nombreux cancers et maladies cardio-vasculaires.
Excellente pour le foie : la tomate contient des traces d’éléments antitoxiques appelés chlorine et sulfure. La chlorine permet de mieux filtrer les déchets de l’organisme et le sulfure protège le foie contre certains engorgements. La tomate est excellente pour dissoudre les mauvaises graisses et les éliminer plus facilement.
Riche en vitamine C (de 10 à 30 mg par 100 g), la tomate contribue à une meilleure assimilation du fer et du calcium.
La tomate diminue l’hypertension grâce à sa richesse en potassium.
Précieuse pour la ligne
Peu calorique (15 kcal/100g), elle ne contient que de faibles quantités de glucides (3 %), protéines (1 %) et lipides (traces). Elle participe donc à une alimentation légère et peu calorique.
Constituée à 94% d’eau, la tomate contribue à l’hydratation de l’organisme et favorise l’élimination des toxines.
Astuce nutrition : consommée en début de repas, la tomate calme la faim. Riche en fibres, avec une saveur acidulée, elle stimule les sécrétions digestives et favorise l’assimilation des repas.

La tomate, une alliée beauté

Un teint éclatant grâce aux graines de tomate : très riche en vitamine B, la tomate est idéale pour tonifier et affiner un épiderme fatigué.
La tomate active le bronzage, améliore l’hydratation de la peau et retarde l’apparition des rides grâce au lycopène qu’elle contient.
Lutte contre les problèmes de peau : la tomate a des propriétés assainissantes et purifiantes, elle est efficace pour traiter les peaux grasses.