[Total : 2    Moyenne : 2.5/5]

On a toujours su que la tomate bio antioxydant naturel puissant était bonne pour la santé à cause de la vitamine C, des fibres qu’elle renferme. Mais depuis quelques années, on a découvert son lycopène, ce pigment qui non seulement lui donne sa belle couleur rouge, mais a également d’autres propriétés alléchantes…

La tomate se retrouve au palmarès des anti-oxydants après l’ail, le brocoli, le vin, ou le thé vert! Et cette vertu anti-oxydante, on la doit au lycopène.

Le lycopène est le pigment qui donne à la tomate sa belle couleur rouge. Il fait partie de la famille des caroténoïdes, au même titre que le béta-carotène. Ce sont des anti-oxydants qui s’attaquent aux radicaux libres; ces derniers sont des molécules responsables en partie du vieillissement, de certaines maladies coronariennes ou de cancers. On retrouve un peu de lycopène dans d’autres fruits, comme le pamplemousse rose, ou la pastèque; mais c’est la tomate qui sort grande gagnante!

Une tomate fraîche, c’est bon! Mais comment résister à une sauce bien aromatisée, arrosée d’un filet d’huile d’olive et qui mijote pendant des heures! Or, on sait que souvent, la chaleur tue les éléments nutritifs d’un fruit ou d’un légume. Dans le cas de la tomate c’est tout le contraire.

Le lycopène antioxydant puissant dans la tomate bio

Le lycopène antioxydant puissant dans la tomate bio

L’équipe du professeur Venket Rao de l’Université de Toronto étudie le lycopène depuis plus de cinq ans. Leurs recherches ont démontré en quoi la chaleur joue un rôle positif dans le cas du lycopène.

« Le lycopène est présent dans l’enveloppe cellulaire de la tomate, nous dit le Dr Rao. Quand on la chauffe, on brise les parois de la cellule et le lycopène est libéré. Si on veut que le lycopène protège contre des maladies chroniques comme le cancer ou autres, il doit être bien absorbé dans le corps. C’est pourquoi les produits dérivés de la tomate sont meilleurs : non pas qu’ils contiennent plus de lycopène mais celui-ci est plus facilement assimilé par le corps. »

On a analysé le taux de lycopène dans la tomate et plusieurs de ses produits dérivés de la tomate. Surprise! : il y a une différence marquée entre la tomate crue, le jus, le ketchup, la sauce; et la pâte de tomates à qui revient la palme.

Le lycopène est devenu une véritable coqueluche parmi les chercheurs qui ont publié une centaine d’études sur le sujet , de par le monde. Un des aspects qui retient l’attention c’est l’ effet préventif que pourrait bien avoir le lycopène sur différents cancers dont le cancer de la prostate, un des plus meurtriers chez les hommes en Amérique du Nord.

Le professeur Rao et son équipe se sont penché sur cet aspect. On a entre autres comparé des hommes en bonne santé avec des hommes ayant eu un cancer de la prostate et ayant subi une prostatectomie Ronald Anger et Gordon Simpson font partie de ce dernier groupe : « J’ai un fils d’âge adulte qui est plus à risque de développer un cancer de la prostate puisque je l’ai eu. Donc j’étais très heureux de participer à une recherche qui pourrait lui profiter à lui et à d’autres aussi. »

Le but des études était de comprendre comment le lycopène est métabolisé et comment il agit comme anti-oxydant. Les recherches ont démontré que le lycopène est un anti-oxydant soluble dans le gras. De l’huile d’olive ou un autre corps gras est donc nécessaire pour son absorption au niveau de l’intestin. Le lycopène est ensuite acheminé à travers la paroi intestinale. Là, il est récupéré par des molécules appelées lipoprotéines qui le transportent au foie et aux autres tissus comme la prostate.

C’est ce qui se passe chez une personne saine qui a un régime alimentaire normal. Mais, chez des personnes atteintes de cancer de la prostate, on a noté que le taux de lycopène était beaucoup plus bas que celui des personnes normales. Pour mieux comprendre, on a soumis les deux groupes à un régime quotidien de 500 ml de jus de tomates pendant quatre semaines et on a fait le constat suivant : « Nous croyons que c’est l’absorption qui se fait moins bien, nous dit le Dr Rao. Les gens atteints de cancer ne semblent pas pouvoir absorber le lycopène de façon aussi efficace que les gens en santé. On s’est alors demandé pourquoi? Est-ce une question de génétique, ou un enzyme manquant? ou encore leur mécanisme de transport qui est différent de celui des gens normaux? »

Les questions sont encore nombreuses et les pistes de recherches aussi! Mais une chose est certaine, quand il est bien métabolisé, le lycopène semble être un anti-oxydant efficace.

Une étude épidémiologique effectuée en 1995 par la Havard School of Public Health a sondé 48 000 hommes sur leur consommation de différents fruits et légumes. On a découvert que chez ceux qui mangeaient plus de produits à base de tomates, le risque de cancer de la prostate était diminué de 21 %.

Sanjiv Agarwal de l’équipe du Dr Rao avance une explication : « Le lycopène se retrouve en plus grande quantité dans la prostate parce que la prostate a plus de récepteurs de lipoprotéines que d’autres tissus. »

Gordon Simpson et Ronald Anger peuvent aussi espérer. Car l’étude du professeur Rao a permis de conclure qu’avec une dose régulière de jus de tomates, leur taux de lycopène mesuré dans le sang avait malgré tout doublé et le phénomène d’oxydation avait diminué de plus de 10%. Reste à voir si le lycopène peut prévenir une récurrence du cancer chez ces patients.

Nos chercheurs sont optimistes. D’ailleurs, une étude allemande affirmait en 1989 que ce caroténoïde était l’anti-oxydant le plus puissant dépassant le béta-carotène. Sanjiv Agarwal croit que c’est parce que le lycopène est un anti-oxydant liposoluble et non hydrosoluble qu’il est si efficace : « La majorité des radicaux libres fabriqués par les cellules se retrouvent dans la membrane lipidique de la cellule. Un anti-oxydant soluble dans les lipides sera beaucoup plus efficace qu’un anti-oxydant soluble dans l’eau. Donc, le lycopène est un des plus puissants anti-oxydants. »

Marièle Ledoux, nutritionniste à l’Université de Montréal aimerait quand même que l’on apporte certaines nuances : « Quand on parle anti-oxydant, quand on parle de produits qui vont avoir un effet positif sur la santé ou de prévention du cancer ou de maladies cardiovasculaires, il faut toujours se rendre compte que la plupart du temps, les aliments ne contiennent pas qu’un nutriment ou un élément qui peuvent être favorable pour la santé. Alors dans certains cas, on va avoir un effet plus important lorsqu’on va le mettre en présence d’autres aliments; mais l’idée, c’est de dire que le lycopène comme d’autres peuvent avoir un effet intéressant mais qu’on ne peut pas nier l’effet d’autres produits qui se retrouveraient dans le même aliment. »

La popularité de la tomate et la découverte de ses propriétés anti-oxydantes ne laissent pas une compagnie comme Heinz indifférente. Et c’est pourquoi elle a décidé de financer un grand nombre d’études sur le lycopène, dont quelques-unes du Dr Rao : « Heinz ne finance qu’une partie de mes recherches. Mes autres sources de financement sont d’origine provinciale ou viennent des maraîchers ou encore d’agences nationales. Donc ça ne vient pas que du secteur privé. J’en ai aussi du fédéral, du provincial et d’autres sources. Je rédige mes études, elles sont vérifiées par mes pairs, indépendants. Je publie mes résultats et Heinz ne me dicte pas où et quand et comment; je ne ferai pas une recherche s’ils ne veulent pas la publier, un point c’est tout. »

De nombreuses autres recherches sont en cours portant sur la relation entre le lycopène et le cancer du sein, du colon, l’ostéoporose ou encore les maladies cardiaques : « Je crois que nous avons plusieurs boutons de commande sur lesquels on appuie selon les maladies; par exemple, le cholestérol en est un pour la maladie cardiaque, le taux de sucre dans le sang en est un autre pour le diabète. Pour ma part, je crois que les radicaux libres en sont un majeur qui contrôle plusieurs maladies comme le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, l’ostéoporose. Elles sont toutes branchées sur ce bouton principal. Notre approche consiste à minimiser les dommages causés par les radicaux libres, fermer ce bouton, et peut-être pourront nous arrêter plusieurs de ces maladies. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*